Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 21/05/2020
MAP

Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du jeudi 21 mai :

Sénégal-Economie

Le Port autonome de Dakar (PAD) a fait un bénéfice de 13,9 milliards de francs CFA (soit plus de 21 millions euros) en 2019, grâce à l'augmentation de son chiffre d’affaires et à la baisse de ses charges d’exploitation, a déclaré, mercredi, son directeur général, Ababacar Sédikh Bèye.

Cette performance est le résultat de l’augmentation de 8,9% du chiffre d’affaires et de la baisse de 17,4% des charges de l’exploitation de la société nationale, a indiqué M. Bèye à la fin d’une réunion du conseil d’administration du PAD.

Ghana-Numérique

Le ministère ghanéen des Finances a lancé trois initiatives pour accentuer l'inclusion financière et accélérer le passage aux paiements numériques.

Il s'agit de la stratégie nationale d'inclusion financière et de développement, la politique des services financiers numériques et la feuille de route Cash-Lite, rapporte mardi la presse locale.

Selon le ministère des Finances, une nouvelle unité de coordination des paiements numériques a été mise en place par le gouvernement, dans le cadre de ses efforts politiques engagés, pour stimuler la mise en œuvre de ses actions clés orientées pour l'inclusion financière.

Nigeria-Notation

L’agence de notation Fitch Ratings estime que le respect par le Nigeria de l’accord de réduction de la production pétrolière, soit 417 000 b/j de moins, entraînera une contraction économique et des déficits budgétaires plus importants. 

Par conséquent, on observera une pression accrue sur les réserves extérieures, dans un contexte marqué par la faiblesse des prix du pétrole. 

"Nous avons ajusté nos prévisions de PIB, et nous nous attendons maintenant à ce que l’économie du Nigeria se contracte de 3 % en 2020, avant une reprise à 3 % de croissance en 2021", explique l’agence de notation.

Gabon-BIRD-coronavirus

La banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), organisme spécialisé de la Banque mondiale, vient d'octroyer un prêt de 9 millions de dollars (environ 5,4 milliards de FCFA) au Gabon pour mieux organiser sa stratégie de riposte contre la propagation du coronavirus.

Cette somme est destinée à renforcer le système sanitaire, notamment la prévention, la détection et la prise en charge des cas, conformément au plan de riposte national.

Elle servira pour l’acquisition d’équipements et de fournitures tels que les ambulances médicalisées, les équipements de protection individuelle et des kits de diagnostic pour le dépistage et le laboratoire, selon la représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon, Alice Ouédraogo.

RDC:

Le gouvernement central congolais a payé les charges des provinces, via le Trésor public, à hauteur de 361,431 millions USD sur des prévisions linéaires de 665, 361 millions USD au 30 avril 2020, soit un taux d'exécution de 54,28%, selon les chiffres de la Direction générale des politiques et programmation budgétaire.

Pour l’ensemble de l’année 2020, les crédits budgétaires alloués aux provinces sont estimés à 1,996 milliard USD. La ville-province de Kinshasa est celle qui a bénéficié de plus de subsides du gouvernement.

Au niveau national, les états de suivi budgétaire provisoire à fin avril 2020 renseignent un niveau global d’exécution des dépenses publiques de l’ordre de 1,049 milliard USD contre les prévisions linéaires de 3,103 milliards USD, soit un taux d’exécution de 33,8%.

La production de fruits et légumes au Kenya pourrait chuter de 20 à 30 % en raison des restrictions imposées pour juguler la propagation du Cnouveau Coronavirus, selon Ojepat Okesegere, directeur exécutif du Consortium kenyan des produits frais (FPC),

Cette contreperformance est due surtout aux fortes pluies qui ont favorisé le développement des ravageurs et des maladies dans les champs et le manque de motivation des exploitants après une période de relâchement liée au coronavirus, explique-t-il.

Ethiopie-Exportations

Les exportations de l'Ethiopie ont totalisé au cours des neuf premiers mois de l’année plus de 2 milliards de dollars, soit une augmentation de 10 pc par rapport à l’année dernière, a affirmé le ministère du Commerce et de l'Industrie.

L’Ethiopie qui tablait initialement sur 2,68 milliards de dollars, a pu atteindre 2,09 milliards de dollars, souligne le ministère dans un communiqué relayé par les médias locaux.

En dépit de la pandémie de coronavirus, les performances des filières fleurs, légumes et fruits ainsi que les exportations de Khat ont dépassé l'objectif initial, est-il indiqué.

Les autres produits exportés sont le café, le textile et habillement, le tantale, les graines oléagineuses, les légumineuses, la viande, le thé, l'or et le cuir. Rwanda-Automobile

Au Rwanda, les activités des usines d'assemblage du constructeur automobile Volkswagen ont repris après une longue suspension suite aux mesures liées au confinement, a annoncé le constructeur.

«Nos usines fonctionnent à nouveau et nous assurons la sécurité sanitaire de notre personnel via des mesures strictes telles qu'édictées par le gouvernement », déclare à la presse une source au siège à Kigali.

Depuis le lancement de ses activités en juin 2018, Volkswagen, qui a investi plus de 20 millions de dollars, affiche de fortes ambitions pour son usine rwandaise.

UEMOA-monnaie 

Un projet de loi qui entérine la fin de franc CFA a été adopté, mercredi par le gouvernement français lors d'un Conseil des ministres, pour le renouvellement de la relation entre la" France et l'Afrique et écrire une nouvelle page de notre histoire", a annoncé la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Ce texte qui valide la transformation de cette monnaie en Eco était "très attendu" par les pays de l’Union monétaire ouest-africaine, a-t-elle déclaré.

Il maintient, notamment, la parité fixe avec l’Euro, ainsi que la fin de la centralisation des réserves de change des États d’Afrique de l’ouest auprès du Trésor français, conformément à l’accord conclu fin décembre 2019 entre la France et les États de l’Union monétaire ouest-africaine.

Côte d'Ivoire-emploi

« Les maquis et bars d’Abidjan sont estimés à 43 000, avec un minimum de 215 000 travailleurs. Et, ce sont des centaines de milliers de personnes qui fréquentent ces lieux chaque jour », écrit le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié, sur sa page Facebook, appelant au respect des gestes barrières liés à la Covid-19.

Le préfet d’Abidjan, habitué à communiquer avec ses administrés sur les réseaux sociaux, a fait observer que les maquis étaient envahis « sans aucune protection ». 

Les autorités ivoiriennes ont allégé mi mai 2020 les mesures de restrictions liées à la pandémie de la Covid-19, ouvrant notamment la brèche aux propriétaires des maquis et restaurants de rouvrir, après deux mois de fermeture, sauf les bars et les lieux de spectacles. 

Les restaurants et maquis sont un souffle économique important pour le pays. Leur réouverture permet d'ailleurs à plusieurs filières, entre autres, viande, poulet, poisson, boisson, de conforter leurs chiffres d’affaires.