Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Rédigé le 22/05/2020
MAP

Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée de 22 mai :

Rwanda-Transport 

Le gouvernement rwandais a annoncé jeudi qu'il prévoit augmenter le financement consacré à la compagnie aérienne nationale RwandAir à 151 millions de dollars au cours de l'exercice 2020-2021, contre 126 millions de dollars pour l'exercice actuel (2019-2020).

L'augmentation du financement s’assigne pour objectif d’aider le transporteur aérien à faire face à l'impact de la pandémie de Covis-19, a expliqué devant le parlement le ministre rwandais des Finances, Uzziel Ndagijimana.

Les fonds sont également destinés à aider la compagnie nationale à poursuivre son plan d'expansion, l'acquisition de nouveaux avions et l'ouverture de nouvelles liaisons.

Ghana-Entreprises

Environ 108 entreprises ont perdu un minimum de 39,8 millions de cedis (plus de 6 millions de dollars) à cause du nouveau Coronavirus, selon une étude de la Chambre nationale de commerce et d'industrie du Ghana (GNCCI).

L'étude démontre que les entreprises ont été durement touchées, en particulier les petites et moyennes entreprises, notant que le coût financier estimé varie d'une entreprise à une autre.

Nigeria-Télécoms

L'État d’Ekiti, dans le sud-ouest du Nigeria, veut améliorer la couverture de son territoire en infrastructures télécoms. 

Ainsi, son gouverneur, Kayode Fayemi, a décidé d’encourager les sociétés télécoms dans ce sens en réduisant de 96,78% le coût du droit de passage qu’elles payent pour déployer ces équipements technologiques. 

La décision du gouverneur fait partie des réformes du projet de facilitation des affaires, en cours dans l’État. 

Côte d'Ivoire-cacao La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, a engagé le recensement des vergers de cacao et des producteurs, y compris dans les forêts classées, une opération financée à hauteur de 6 milliards Fcfa par le Conseil du café-cacao, organe de régulation de la filière, selon un bilan partiel de l’Initiative cacao forêts allant de 2018 à 2019.

«Le Conseil du café-cacao finance, à hauteur de 6 milliards de F CFA, l’opération de recensement des vergers cacao et des producteurs sur l’ensemble du territoire national, y compris les forêts classées », indique un bilan partiel de la phase pilote de l’Initiative cacao forêts «janvier 2018–décembre 2019». Cette opération de recensement des vergers et des acteurs de la filière s’inscrit dans le cadre du projet Initiative cacao forêts (ICF), qui vise à éliminer la déforestation dans la chaîne d’approvisionnement du cacao. En novembre 2017, le ministère ivoirien des Eaux et forêts et le ministère ghanéen des Terres et des ressources naturelles, ont signé à cet effet, le Cadre d’action commune (CAC) de cette initiative. 

Gabon-digitalisation

L'Agence gabonaise des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) a annoncé, jeudi, avoir développé une plateforme baptisée E-Solde, pour accompagner l’Etat dans sa démarche de dématérialisation.

Selon l’ANINF, la plateforme vise à assister l’Etat dans sa démarche de dématérialisation des actes administratifs et à faciliter le quotidien des agents publics, notant que grâce à E-solde, les agents de l’Etat auront directement accès en ligne à leurs bulletins blancs, leur solde, aux informations relatives à leur carrière administrative, entre autres. 

RDC:

Le Trésor public a payé 26,103 millions USD pour les charges de l'Assemblée nationale sur des prévisions linéaires de 65,598 millions USD, soit un taux d’exécution de 39,79%, à fin avril 2020, selon les données fournies par la Direction général des politiques et programmation budgétaire.

Quant au sénat, il a bénéficié de Sénat de 8,479 millions USD sur des prévisions linéaires de 32,866 millions USD, soit un taux d’exécution de 25,8%, à la même échéance du 30 avril 2020.

Au total, le Trésor public a dépensé 34,582 millions USD pour les deux Chambres du parlement au cours des quatre premiers mois de l’année 2020. Ces dépenses ont consisté principalement aux rémunérations, au fonctionnement et aux charges liées aux interventions économiques, sociales, culturelles et scientifiques.